Mavic Air

merci au site: http://drone-mavic.fr

Le mode normal (ou P-mode)

C’est le mode par défaut, le mode « normal ». Avant, appelé P-mode, P pour Positionning.

Il se décline en 3 versions en fonction de la qualité du signal GPS reçu et de la possibilité d’utiliser le VPS (Visual Positionning System, c’est à dire l’ensemble de caméras optiques placées à l’avant et en dessous du drone qui nécessite une certaine luminosité pour opérer) qui sont autant d’aides au positionnement du drone.

Si il n’y a ni réception GPS, ni possibilité de positionner le drone visuellement, le Mavic évolue en mode ATTI (pour attitude).
Si le VPS est opérationnel mais pas le GPS, le Mavic évolue en mode OPTI (pour optical)
Si le signal GPS est bon, le VPS peut se cumuler au positionnement GPS. Le Mavic évolue en mode GPS (ou P-GPS)

Mode GPS

L’indication GPS indique que le positionnement et la stabilisation se font à l’aide du GPS et si possible du Vision Positionning System. Lorsque le VPS avant est activé et que la luminosité est suffisante, l’assiette du drone est au maximum de 16° (inclinaison du drone sous l’horizontale) et la vitesse au maximum de 36 km/h. Quand le détecteur d’obstacle est désactivé, l’assiette passe à 25° et la vitesse maximale à 58 km/h.
Ce mode de déplacement offre beaucoup de sécurité et de précision aux déplacements du drone.

Mode OPTI

En cas de mauvaise couverture satellite, le drone passe en mode OPTI, c’est à dire que seul le Vision Positionning System est utilisé pour stabiliser la position du drone (caméra sous le drone), aidé toutefois du baromètre pour caler l’altitude du drone. Selon la luminosité et la qualité des repères au sol la précision est toute relative.

Mode ATTI

Le drone passe automatiquement en mode ATTI quand le signal GPS n’est pas suffisant et que les conditions de lumière ne permettent pas au Vision System de fonctionner correctement. C’est le mode de positionnement et de pilotage le plus dégradé, c’est à dit offrant le moins de stabilité au drone. Le mode P-atti utilise seulement l’altimètre du drone pour stabiliser sa position. Il reste (à peu près) à la même altitude mais peut dériver sensiblement. Il convient alors d’être précis et réactif sur les sticks de la télécommande.

(?) adufres: À préciser, hors captage suffisant des signaux GPS :
– En mode OPTI, l’altitude max est limitée à 5 m. (16 pieds)
– En mode ATTI, l’altitude max est limitée à 30 m. (98 pieds)
– On peut forcer le passage en mode ATTI en désactivant le VPS

Obiwan: Merci de ce commentaire. J’ai bien essayé de forcer le passage en mode ATTI en désactivant le VPS mais je n’ai pas l’impression que le drone passe ATTI. S’il a du signal GPS il continue d’indiquer GPS Mode et il reste très stable.
Je pense que si mode VPS est déactivé, tant qu’il à un signal GPS suffisant il reste en GPS mode. Je me trompe ?

fistoune91: J’ai fait marcher mon mavic dans un grand garage, et je trouve qu il allait trop lentement malgré la commande à fond .
Y a t’il une manip à désactiver ou autre pour lui donner plus de vitesse ?

Alphajet: Si le GPS n’est pas disponible (ce qui est en général le cas à l’intérieur), le drone se met en mode de sécurité et se déplace lentement

fistoune91 : Y a t’il une manip pour désactiver les « No fly Zone » ?

Alphajet: Oui, il faut se rendre sur le site de DJI : https://www.dji.com/flysafe?from=dap_unique&pbc=wHx6YTxS&pm=custom

Bonjour,

Pour toi qui vient d’acheter un Mavic Air, j’ai copié de la pige sur Internet. A lire au cas où tu ne l’aurais pas vue…

1- Les règles de l’air

1-1 Introduction

Le terme « aéronef » désigne tout engin volant comme : un navion, un hélicoptère, un dirigeable, une mogolfière, un planeur, un multicoptère…

L’espace aérien au dessus de nos têtes est organisé pour assurer la sécurité des aéronefs
Comme sur la route, il y a des règles à respecter. Utiliser un naéronef télépiloté peut être dangereux !
Chaque année, prs d’une centaine de rapprochements à risques avec des aéronefs télépilotés sont signalés par des pilotes.

1-2 Où puis je voler ? L’espace aérien

Pour assurer la sécurité des autres aéronefs, je ne dois jamais voler à plus de 150 mètres au-dessus du sol.
Cette hauteur ne peut être dépassée que si je pratique l’aéromodélisme en club sur un site qui figure dans la publication de l’information aéronautique avec un plafond supérieur à 150 mètres.

Pour assurer la sécurité des autres aéronefs certaines zones sont interdites aux aéronefs télépilotés. D’autres zones fixent des hauteurs maximales de vol inférieures à 150 mètres. Cliquez sur « en savoir plus » pour accéder à la carte de restrictions pour les drones de loisir mise en place par l’IGN et la DGAC sur le site géoportail.

 

1.3 Où puis je voler ? Loin des aéroports

Je ne dois en aucun cas voler à proximité des aéroports, des aérodromes et des héliports.
Les aéroports, aérodromes et héliports sont protégés par des volumes qui dépendent de la taille de la piste. La carte des restrictions pour les drones de loisir tient compte des zones de protection des aéroports, aérodromes et héliports

1.4 La priorité en vol

D’autres utilisateurs de l’espace aérien, comme des hélicoptères d’urgence ou des aéronefs militaires, sont susceptibles de voler à basse altitude, là ou je fais voler mon aéronef.

• Lorsque j’aperçois un autre aéronef, je pose mon appareil immédiatement !
Je ne vol jamais sur un site d’accident, d’incendie ou de sinistre car des opérations aériennes de secours peuvent s’y dérouler.

2- Les règles en vol : la protection des personnes et des sites sensibles

2-1 Introduction

Rappel : le premier objectif de la réglementation est d’assurer la sécurité des autres aéronefs.

Le second objectif est celui d’assurer la sécurité des personnes au sol.
Mon aéronef télépiloté peut occasionner des blessures sérieuses aux personnes présentes au sol.

2-2 Les restrictions de vol : en agglomération

Je ne dois pas voler en agglomération au dessus de l’espace public.
Je peux voler dans un espace privé en agglomération sous réserve de l’accord du propriétaire des lieux et en respectant une hauteur et une vitesse adaptées à l’environnement immédiat (arbres, bâtiments…). 

2-3 Les restrictions de vol : près des sites sensibles

Je ne dois pas survoler les sites sensibles comme : des centrales nucléaires, les zones militaires, des hôpitaux, des prisons, des réserves naturelles. 

2-4 Les restrictions de vol : où trouver l’information

Les agglomérations et les zones interdites de survols du fait de la présence de sites sensibles apparaissent sur la carte de restrictions pour les drones de loisir.

3- Les règlements et démarches préalables à respecter

3-1 L’aéronef télépiloté pèse plus de 800 grammes : la formation

Pour piloter un aéronef de plus de 800 grammes :
– je dois me former
– je dois avoir plus de 14 ans
– je dois avoir passé avec succès un test en ligne
– Lorsque je télépilote un aéronef, je dois être en mesure de présenter mon attestation de suivi de formation obtenue après réussite du test en ligne
– Si j’ai moins de 14 ans je peux télépiloter mon aéronef à condition d’être accompagné d’un adulte de 18 ans révolus et titulaire de l’attestation

3-2 Mon aéronef pèse plus de 800 grammes : l’enregistrement

Avant d’utiliser mon aéronef de plus de 800 grammes :
– je dois l’enregistrer sur le site Alpha Tango.
– Lorsque je télépilote un aéronef de plus de 800 grammes je dois être en mesure de présenter mon extrait d’enregistrement. Cet extrait est disponible sur le site Alpha Tango.

3-3 Mon aéronef pèse plus de 800 grammes : les obligations d’équipement

Mon aéronef doit être équipé de dispositifs de limitation de hauteur de signalement lumineux et de signalement électronique. Ces dispositions ne sont pas encore entrées en vigueur. Je me renseigne régulièrement sur la réglementation applicable. https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-loisir-et-competition

3-4 La pratique de l’aéromodélisme dans un cadre associatif

Je suis dispensé des obligations d’équiper un aéronef télépiloté de plus de 800 grammes des dispositifs requis par la loi lorsque :
– je pratique mon activité au sein d’un club affilié à une fédération d’aéromodélisme reconnue, FFAM ou UFOLEP
– je vole sur un site d’aéromodélisme publié à l’information aéronautique où cette exemption s’applique
La formation délivrée dans un club affilié à une fédération agréée peut être reconnue comme équivalente à la formation Fox Alpha tango.
La fédération me délivre alors une attestation de suivi de formation.

3-4 La pratique de l’aéromodélisme : l’assurance

Je suis responsable des dommages que je cause aux personnes et aux biens.
Avant de faire voler un aéronef télépiloté, je vérifie les conditions dans lesquelles je suis assuré pour cette activité. Je contracte une assurance spécifique ou m’assure que je suis couvert par mon contrat de responsabilité civile.

4- Avant le vol les règles et les bonnes pratiques

4-1 introduction

En aviation, les vérifications avant chaque vol sont essentielles pour garantir la sécurité. C’est également vrai avant de faire voler un aéronef télépiloté.

4-2 Avant le vol : les règles et les bonnes pratiques, les démarches

Je connais le manuel d’utilisation et les précautions d’usage définies par le constructeur de mon aéronef.
En particulier, avant de voler, je m’assure que je maîtrise les fonctionnalités d’urgence comme « le retour à la maison » ou le « posé automatique », si mon aéronef en est équipé.

Avant tout vol j’inspecte et je vérifie l’état général de mon aéronef.
Le signal GPS n’est pas fiable à 100% !
Je dois m’assurer que la position fournie par le GPS est cohérente et que la couverture satellitaire est suffisante.

4-3 Avant le vol : les batteries

Lorsque j’utilise un aéronef télépiloté contenant des batteries lithium, je les manipule avec précaution et je vérifie leur niveau de charge.
Pour connaître les conditions de transport de batteries lorsque vous voyagez en avion, cliquez sur en savoir plus.

4-4 Avant le vol : les règles et les bonnes pratiques, les conditions météorologiques

Je m’assure avant de voler que les conditions le permettent, je n’utilise pas mon aéronef télépiloté par mauvaise visibilité et par vent fort.

5- En vol : les règles

5-1 Les règles à respecter en vol

• Je ne survole pas les personnes

• Je garde touours mon aéronef télépiloté en vue

• Je n’utilise pas un aéronef télépiloté la nuit. L’interdiction de vol de nuit porte sur la « nuit aéronautique » qui commence 30 minutes après le coucher du soleil et se termine 30 minutes avant le lever du soleil.

• Je ne pilote pas mon aéronef depuis un véhicule en mouvement

• Mon aéronef est équipé d’un moyen de prise de vues : je respecte la vie privée d’autrui.

• Je ne diffuse pas mes prises de vues sans l’accord des personnes concernées

• Et je n’en fais pas une utilisation commerciale

5-1 Les règles à respecter : l’immersion

• Le vol en immersion est autorisé si à tout instant une autre personne conserve l’aéronef en vue directe et est en mesure d’intervenir sur le vol.

6- Les sanctions

6-1 Les contraventions

Je suis passible d’une contravention si : 
– je fais voler un aéronef de plus de 800 grammes sans avoir suivi la formation
– je n’ai pas enregistré mon aéronef de plus de 800 grammes
– je fais voler un aéronef de plus de 800 grammes sans être en mesure de présenter mon attestation de formation ou l’extrait d’enregistrement
– mon aéronef de plus de 80 grammes n’est pas équipé des dispositifs prévus par la réglementation en vigueur

6-2 Les délits

Le survol de certaines zones interdites est un délit.

Je risque 6 mois de prison et 15 000 € d’amende si je survole par maladresse ou par négligence une zone interdite de survol pour des raisons militaires ou de sûreté publique.

Le non respect des règles de sécurité est un délit

Je risque 1 an de prison et 75 000 € d’amende si je fais voler mon aéronef dans des conditions non conformes aux règles de sécurité de l’aviation civile.

Fox Alpha Tango : le contenu intégral de la formation pour préparer le test Drone de loisir

6 novembre 2018 A la une miniature, Non classé, Voyager – Regle pays 0

L’attestation de formation Fox Alpha Tango est obligatoire pour tous les télépilotes de loisir utilisant un drone de plus de 800 grammes en France. (En savoir plus sur les nouvelles règles pour le drone de loisir > 800 grammes)

Cette attestation de formation est obtenue après avoir réussi un sans faute aux 20 questions d’un questionnaire à choix multiple mis en place par la DGAC. L’accès au QCM est possible uniquement après avoir regardé les 20 vidéos en ligne constituant la formation Fox Alpha Tango. Compter pour cela environ 15 minutes.

La formation comme le QCM sont gratuits. En cas d’échec au QCM il est possible de recommencer autant de fois que souhaité, toujours gratuitement.

Vous trouverez ci dessous le contenu de la formation dispensé dans les vidéos (1er novembre 2018). N’oubliez pas, pour accéder au QCM, vous devez visionner les vidéos du site Fox Alpha Tango

merci au site : http://drone-mavic.fr/category/voyager/voyager-regle-pays/

au 19 avril 2019…

La loi de 2016 se concrétise avec un arrêté ministériel en date du 26 octobre 2018.
Les règles de navigation aérienne s’appliquent à tous les drones (voir les 10 commandements du drone de loisir). Les drones de plus de 800 grammes sont désormais soumis à une réglementation supplémentaire.

Quels sont les drones concernés ?

Tous les drones DJI sont concernés, sauf 
– Le Tello
– Le spark
– Le Mavic Air
– Le Mavic Pro (1ère génération)
– Le Mavic Pro Platinum
Egalement exempté, l’Anafi chez Parrot ou encore le Breeze

Le Mavic 2, avec ses 905 grammes, tout comme les Phantom 1, 2, 3 et 4 sont concernés par cette nouvelle réglementation.

Quelles sont les nouvelles règles ?

La loi de 2016 prévoit 3 obligations concernant les drones de plus de 800 grammes :
– Une identification électronique et des limitations de capacité, dont les arrêtés d’application ne sont pas encore publiés à ce jour.
– Une formation obligatoire pour les pilotes.
– L’enregistrement et l’apposition du numéro d’enregistrement sur le drone par le propriétaire du drone.

Tous les télépilotes pratiquants sur le territoire français sont concernés, qu’ils soient de nationalité française ou non.
A noter qu’un drone peut ainsi être déclaré par son propriétaire et utilisé par un pilote tiers dès lors que celui ci a une attestation de formation.

La formation obligatoire pour les pilotes de loisir de drones de plus de 800 grammes

C’est une formation en ligne, gratuite, validée par une attestation de formation.
Cette attestation est valable 5 ans et elle doit être présentée par le télépilote de loisir en cas de contrôle, sous forme papier ou sur smartphone.
C’est une formation en ligne, obligatoire, accessible via l’application AlphaTango ou sur le site  https://fox-alphatango.aviation-civile.gouv.fr/.
L’attestation de formation est délivrée uniquement après avoir réussi un QCM de 20 questions, QCM accessible uniquement après avoir visionné les vidéos de formation (compter 30 minutes). En cas d’échec, il est possible de réessayer le QCM autant de fois que nécessaire, tout cela gratuitement. 

Obligation d’enregistrer les drones de plus de 800 grammes

Une fois l’attestation de formation délivrée, le télépilote de loisir doit enregistrer son ou ses drones de plus de 800 grammes. Cette démarche est là encore gratuite. Chaque drone reçoit un numéro d’enregistrement qui doit être apposé sur le drone. Cette étiquette (ou autre) doit être lisible à une distance minimale de 30 cm. Là encore, l’enregistrement du drone est valable 5 ans. 
En cas de vente, perte, vol ou destruction du drone, l’évènement doit être déclaré sur le site AlphaTango.

Pour se préparer au test

Le contenu intégral de la formation.

Pour en savoir plus :

 

 

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer